Prikkelbare darm

Information sur le syndrome du côlon irritable

Information complémentaire


Questions les plus fréquentes

Le Psychisme, Stress et Colon Irritable (IBS)

Introduction

Le Colon Irritable ou IBS (irritable bowel syndrome) est une affection hétérogène. Il existe des types d'IBS où les symptômes sont  épisodiques, d’autres où les symptômes sont fréquemment présents et d’autres encore, où l’un ou l’autre symptômes sont présents quasi quotidiennement. Les symptômes peuvent également varier entre la diarrhée et la constipation. Chez certains, il s’agit principalement de diarrhée, chez d’autres de constipation chronique.

Il est question de comorbidité fréquente dans le syndrome du Colon Irritable (IBS). Cela signifie que l’IBS va souvent de pair avec d’autres symptômes ou syndromes tels que la fatigue, d’autres douleurs que les maux de ventre, des troubles de l’estomac, une forme ou l’autre d’anxiété (voir plus loin), une forme ou l’autre de dépressivité. L’influence du Stress ou du Psychisme dans  l’IBS n’est donc certainement pas univoque.

On évoque actuellement le Brain-Gut axis (axe Cerveau-Intestin). Ce concept implique qu’il existe des influences du Psychisme, du Cerveau sur l’Intestin (fonctions, sensibilité,…) ainsi que des influences de l’Intestin sur le Cerveau. Le système digestif a également un système nerveux complexe qui est en communication avec le système nerveux central. On trouve dans les Intestins d’innombrables neuropeptides, neurotransmetteurs et neurorécepteurs comme dans le Cerveau. Une étude récente chez les rongeurs démontre que l’ingestion de certaines bactéries (qui n’existent pas dans le commerce et dont l’effet n’a pas encore démontré chez l’être humain), a un effet tranquillisant et via des voies nerveuses allant du système digestif au cerveau (nerf vague).

On évoque également le Mind Brain Immune Axis (axe cerveau immunité) qui a peut-être une importance dans certaines formes d’IBS, vu que des infections digestives peuvent être un facteur déclenchant de  formes spécifiques d’IBS, pour lesquelles des facteurs émotionnels prédisposants semblent également jouer un rôle. Par ailleurs, il a été démontré chez certains patients IBS, la présence de cellules immunitaires (inflammation) dans la paroi de l’intestin.

Trauma

Des expériences traumatisantes telles que viol, des abus physiques ou émotionnels durant l’enfance, de graves accidents,… sont un facteur de risque pour le développement de l’IBS ainsi que pour sa durée et sa gravité (douleur et atteinte de la qualité de la vie). Un certain nombre de facteur semblent avoir leur importance : gravité et durée des traumatismes, une vulnérabilité neurologique et psychologique préexistante,…

Hypersensibilité Viscérale

Un concept important dans l’IBS est « l’Hypersensibilité Viscérale ». Ceci désigne une hypersensibilité de l’intestin à des stimuli mécaniques. Un passé traumatique est associé à cette hypersensibilité viscérale. La douleur (gastrique et intestinale) est traitée dans des régions cérébrales qui sont également impliquées dans le traitement des émotions et de l’attention. Il y a des indications chez l’IBS de l’existence d’une attention sélective pour des stimuli somatique (venant du corps), y compris de stimuli venant du système digestif. Ceci tend à montrer que l’hypersensibilité viscérale est en (grande) partie en rapport  avec une perception du système nerveux central et une attention sélective pour des sensations physiques. L’hypnose est une des techniques qui peut aider des patients souffrant d’IBS et ceci par la diminution de l’hypersensibilité du système nerveux ; on y apprend à vivre autrement les sensations venant du corps.

Stress

Des événements stressants de la vie peuvent être un facteur déclenchant de crises d'IBS et ce en fonction de la gravité de l'événement et de la manière dont ces événements sont perçus et de la vulnérabilité psychologique du sujet (ou inversement de sa résilience). Des techniques qui tendent à renforcer la résilience telles que les thérapies cognitivo-comportementales et la relaxation, sont fréquemment utilisées dans l'IBS. Les thérapies brèves d'inspiration psychodynamique, ont pour but de faire prendre conscience du lien entre certains événements de vie et l'apparition ou l'aggravation des symptômes digestifs et ce via la prise de conscience des émotions subconscientes dues à l'événement stressant et ce en rapport avec le passé et les vulnérabilités du sujet.

Le Système Nerveux Autonome

Le système nerveux autonome joue probablement un rôle primordial dans l'IBS.
Dans des situations de stress ou d'anxiété, la branche "activatrice" du système nerveux autonome (orthosympathique), qui prépare pour le combat ou la fuite, inhibe l'activité motrice de l'intestin. La rumination mentale, l'inquiétude, se focaliser longtemps, inhibe ou bloque la branche  "récupératrice ou régénératrice" du système nerveux autonome (parasympathique ou vagal). Le système vagal joue un rôle essentiel dans la digestion. Le système vagal est inhibé dans le trouble de l'anxiété généralisée où la rumination mentale est un symptôme cardinal.

Le trouble d'anxiété généralisée (TAG, GAD en Anglais)

La prévalence de l'IBS est grande chez les patients souffrant de TAG et inversement la prévalence du TAG est importante chez les patients souffrant d'IBS. La fatigue est fréquente chez les patients souffrant de TAG et d'IBS. Les caractéristiques principales du TAG sont outre la rumination mentale, l'incapacité à se détendre, la tension musculaire, les réactions de peur exagérée, l'anxiété anticipatoire (l'impression que quelque chose de négatif va se produire), être sur le qui-vive, des symptômes d'une hyperactivité du système sympathique (comme la sudation, les mains ou les pieds froids, les palpitations, être à court d'haleine, ...). On observe cliniquement que des épisodes d'IBS sont souvent concomitant à une rechute de TAG. 
En plus des approches thérapeutiques classiques du TAG, telles que la thérapie cognitivo-comportementale, certains antidépresseurs, la relaxation, l'approche de la pleine conscience (mindfulness) est axée sur le fait d'être dans le présent, de regarder avec une distance la rumination, l'anxiété et ses manifestations corporelles pour ce qu'elles sont, des expériences, seulement des sensations, ce qui peut permettre de relativiser la valence menaçante ou négative.

Trouble Panique, Agoraphobie et IBS à prédominance de diarrhée

La prévalence du trouble panique est également importante dans l'IBS. Chez certains patients souffrant d'IBS à prédominance diarrhéique, il existe une préoccupation anxieuse importante de devoir aller aux toilettes à des moments imprévus (peur de perte de contrôle). Ceci provoque parfois des crises d'angoisse et un cercle vicieux car la sensation de devoir aller aux toilettes et d'avoir une diarrhée en est accentuée ce qui renforce l'anxiété. Certains patients évitent de sortir de chez eux s'ils n'ont pas l'assurance de trouver des toilettes sur le chemin. Des techniques cognitivo-comportementales et certains antidépresseurs peuvent aider ces patients.

Les Maux de Ventre chez l'enfant

De nombreux enfants qui souffrent de maux de ventre deviendront des adultes souffrant d'IBS. De nombreux facteurs contribuent à cette évolution. Le fait que les parents sont anxieux, ont eux-mêmes des plaintes abdominales, une surprotection par rapport à ces plaintes (récompense de la douleur?), la manière de gérer émotionellement ces plaintes,... Une étude récente démontre que nombre de ces enfants sont anxieux.

Alexithymie, Epanouissement personnel

Chez un certain nombre de patients souffrant de l'IBS, comme chez ceux souffrant de fatigue chronique ou de fibromyalgie, on observe cliniquement qu'ils pensent d'abord aux besoins et intérêts de tiers (proches) et qu'ils n'ont que peu conscience de leurs besoins et intérêts. Ils se surinvestissent et se laissent souvent déborder au travail et ne respectent pas suffisamment leurs limites et manquent d'assertivité (évitent les conflits). Ils ont souvent besoin de reconnaissance et ne sont ont peu conscience de leurs états émotionnels et ne reconnaissent pas leur fragilité émotionnelle (alexithymie). Souvent, ils ont une image ou opinion négative d'eux-mêmes. Dans des périodes de mise à mal de leur équilibre (surcharge au travail, absence de reconnaissance ou de soutien, perte de confiance), la détresse émotionnelle se manifeste principalement par des plaintes physiques. Les thérapies d'inspiration psychodynamique peuvent aider à promouvoir progressivement, l'épanouissement de la personnalité.

Psychotropes

Comme indiqué précédemment, certains antidépresseurs sont efficaces dans le TAG et le trouble panique (et bien sur dans les états dépressifs). Certains d'entre eux ont aussi un effet analgésique et peuvent avoir une certaine efficacité dans l'IBS. Les antidépresseurs ne sont en aucun cas un traitement de première ligne de l'IBS. Les tranquillisants sont parfois efficace (à court terme) dans les troubles anxieux. Il faut être prudent par rapport à une accoutumance et une dépendance psychologique potentielle.

Conclusions

Dans l'IBS, comme en Médecine en général, le patient doit être considéré dans sa globalité, avec ses plaintes actuelles, son histoire médicale et psychologique, sa situation de vie, sa résilience et ses fragilités. Un traitement pour l'IBS doit donc être individualisé en fonction entre autres des éléments repris dans ce texte.